défiscalisation, budget, argent, assurances, finances, blog, personnelles, prévoyance
actualités, défiscalisation, budget, argent, assurances, finances, blog, personnelles, prévoyance dossiers, défiscalisation,budget, argent, assurances, finances, blog, personnelles, prévoyance loi, défiscalisation, budget, argent, assurances, finances, blog, personnelles, prévoyance astuces, défiscalisation, budget, argent, assurances, finances, blog, personnelles, prévoyance calculer, défiscalisation, budget, argent, assurances, finances, blog, personnelles, prévoyance etudes pratiques, défiscalisation, budget, argent, assurances, finances, blog, personnelles, prévoyance guides pratiques, défiscalisation, budget, argent, assurances, finances, blog, personnelles, prévoyance lettres, défiscalisation, budget, argent, assurances, finances, blog, personnelles, prévoyance quotatis, défiscalisation, budget, argent, assurances, finances, blog, personnelles, prévoyance
    etudes,finances,gestion, patrimoine
Actualités défiscalisation, finances et assurances

Comment investir dans l'immobilier en 2016 ?

Investir dans l'immobilier est une bonne façon de diversifier son patrimoine. L'investissement immobilier avec le dispositif Pinel permet de bénéficier d'avantages fiscaux et des crédits immobiliers. Zoom sur tout ce qu'il faut savoir pour réussir son investissement immobilier en 2016.

Optimiser son investissement locatif grâce aux dispositifs de défiscalisation

Mise en place par la ministre Sylvia Pinel, la loi Pinel entre en vigueur le 1er septembre 2014. L'objectif de ce dispositif est d'encourager les particuliers à investir dans l'immobilier locatif. La loi Pinel permet un investissement locatif plus rentable à long terme. Cela grâce au dispositif de défiscalisation : le particulier bénéficie d'un abattement fiscal de 12, 18 ou 21 % pour un bail de 6, 9 ou 12 ans qui peut aller jusqu'à 63 000 €.

Privilégier les zones Pinel : meilleure solution pour bénéficier des crédits d'impôt


Pour un investissement locatif, mieux vaut privilégier les zones Pinel qui contiennent les grandes agglomérations dynamiques :
• La zone A qui regroupe 650 communes : Côte d'Azur, Île-de-France, la partie française de l'agglomération Genevoise,
• la zone A bis qui regroupe 77 communes : Paris, les communes des Yvelines, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis...
• la zone B1 qui regroupe la totalité des métropoles de plus de 250 000 habitants : grande couronne autour de Paris, Annecy, Bayonne, Chambéry... les départements d'outre-mer
• la zone B2 qui regroupe les agglomérations de plus de 50 000 habitants, les zones frontalières ou littorales chères, les limites de l'Île-de-France...
Le logement doit être situé en zone tendue et respecter les normes écologiques du bâtiment. Il est également soumis à l'encadrement du montant du loyer et aux conditions de ressources du locataire. Plus d'informations sur le zonage Pinel
sur cette page.

Investir dans un bien neuf ou rénové pour plus d'avantages fiscaux

Depuis longtemps déjà, les gouvernements successifs ont mis en place des dispositifs fiscaux pour favoriser l'investissement locatif dans l'immobilier neuf ou ancien. Le particulier souhaitant investir dans l'immobilier, bénéficiait de certains avantages fiscaux comme la possibilité d'amortissement du bien, déduction forfaitaire majorée, réduction d'impôts... à condition que le bien immobilier respecte un niveau de performance énergétique globale. Le mieux est de demander conseil à des experts en investissement immobilier.

Zoom sur les avantages du dispositif Pinel

Les avantages du dispositif Pinel sont plus souples par rapport à l'ancien dispositif Duflot. La loi Pinel permet de réduire considérablement les impôts pour l'achat d'un logement neuf ou réhabilité. L'engagement locatif peut être de 6, 9 ou 12 ans, assortis d'une réduction d'impôts proportionnelle jusqu'à 21% du montant de l'investissement. Si le particulier a réalisé l'opération Pinel depuis le 1er janvier, il peut louer le bien à ses proches, ascendants ou descendants. Une opération Pinel peut rapporter 3,5%, avant fiscalité.

Le 12/01/2016 dans Placement immobilier

4 points-clés sur le crédit consommation sans justificatif d'utilisation


Si recourir à un crédit financier s'avère désormais incontournable pour un projet immobilier tout comme pour financier un nouveau véhicule, être tenu de justifier l'utilisation des fonds ainsi empruntés n'est pas une mince affaire. Il faut savoir pourtant que désormais il est possible de prétendre à un prêt personnel sans justificatif, un emprunt octroyé par les établissements financiers. Pour mieux comprendre le fonctionnement de ce prêt appelé crédit consommation sans justificatif d'utilisation, voici les points essentiels à retenir.

Le prêt personnel sans justificatif en bref

Comme son nom l'indique, le crédit personnel sans justificatif est un emprunt financier destiné aux ménages, soit aux particuliers. Il s'agit donc d'un credit rapide sans justificatif permettant à l'emprunteur de disposer immédiatement d'un fonds financier utilisable librement sur une période donnée. Concrètement, le prêt personnel sans justificatif est un crédit flexible octroyé par une banque ou tout autre organisme de crédit à une personne physique. Il s'agit donc d'un contrat à durée limitée, où la personne physique contracte une certaine somme d'argent utilisable librement, sans justification ou affectation à une dépense spécifique, pour un remboursement mensuel ou à une autre fréquence.

Les conditions d'acceptation

Pour accéder au prêt personnel sans justificatif, il est primordial de présenter des finances saines. En d'autres termes, l'organisme créancier accorde ou non les fonds en fonction de la capacité de remboursement et la crédibilité du demandeur quant au paiement des mensualités. Afin de monter u dossier financier solide et répondant aux critères d'acceptation, l'emprunteur doit justifier d'un emploi stable, donc percevoir une rémunération régulière. A défaut d'être salarié, le demandeur de crédit personnel sans justificatif doit pouvoir justifier d'autres ressources financières régulières. Un bon comportement financier s'avère aussi favorable pour accéder à ce type de prêt, notamment en présentant les trois derniers relevés bancaires pouvant attester entre autres l'absence de grosses dépenses ou de découverts bancaires.

Des avantages avérés

Aussi attrayant soit-il, le prêt personnel sans affectation présente effectivement de multiples avantages pour l'emprunteur. En effet, le souscripteur du crédit peut financier un bien ou un service à 100 %, sans apport personnel. Sa vie privée est totalement respectée dans la mesure où aucune obligation d'engagement ni d'achat est exigée par l'organisme prêteur. Par ailleurs, les formalités liées au crédit sont réduites, notamment pas d'obligation d'ouverture de compte au sein de l'établissement prêteur ou de domiciliation de salaire. Il faut savoir également que le souscripteur du prêt détermine lui-même par avance les modalités de remboursement, à savoir le montant, la date de prélèvement ainsi que la fréquence, voire même demander une suspension temporaire des paiements.

Un crédit pour quel type de projet ?

Autre point essentiel à retenir, le crédit personnel sans justificatif peut atteindre un montant allant de 21 300€ à 75 000€, accordé pour quelques mois ou quelques années. Accessible aux particuliers et aux ménages, son usage ne nécessite aucune affectation. Comme quoi, le prêt permet aussi bien de financer un achat de biens d'équipements, les travaux d'aménagement ou de rénovation d'habitation, un évènement familial ou un voyage, répondre à un besoin de trésorerie...

Le 12/01/2016 dans Crédit

Investissement locatif : comment rentabiliser au maximum ?


L'immobilier demeure sans conteste le plan d'investissement le plus prisé des Français. Mais il ne faut pas investir pour investir, l'objectif est d'en tirer des revenus réguliers et durables. D'où la nécessité de trouver les moyens les plus efficaces pour rentabiliser un programme d'investissement fondé sur la pierre. On vous donne quelques astuces dans cet article.

Miser sur la défiscalisation

La première démarche à mener pour maximiser vos profits, c'est de choisir convenablement les biens à acquérir. Le système fiscal français prévoit de nombreux mécanismes favorables à la réduction d'impôts pour les propriétaires. En optant pour un type d'immeuble en particulier, vous réduisez considérablement le montant de vos impôts. Ce qui a pour effet d'augmenter les revenus attendus de votre investissement.
Au nombre de ces programmes de défiscalisation, on peut citer le dispositif Malraux qui rend possible une réduction pouvant atteindre 36 000 euros. Quant à la loi Pinel, elle favorise une diminution de 21 % des charges fiscales. D'autres dispositifs comme celui baptisé Censi Bouvard assurent une bonne rentabilité des investissements dans les biens immeubles.

Si vous voulez avoir de plus amples informations sur les dispositifs de défiscalisation en France, consultez cette page.
Souscrire une garantie d'impayés pour rentabiliser son investissement locatif
Un investissement dans le locatif ne peut être rentable que si les loyers sont régulièrement perçus. Vous devez mettre en place une organisation pour encaisser les loyers et éviter des situations d'impayés. Cela implique un travail supplémentaire que certains investisseurs délèguent à des sociétés de gestion immobilière. Cette option a pour conséquence de rogner sur la plus-value espérée de votre investissement. Aussi est-il plus avantageux de trouver une autre solution pour résoudre les problèmes d'impayés.

La formule qui fonctionne dans ces conditions, c'est celle qui consiste à souscrire une assurance qui vous protégera contre les locataires indélicats. Parfois, ce n'est vraiment pas la faute des bénéficiaires d'un contrat de bail. La conjoncture actuelle provoque en effet une grande instabilité dans le monde de l'emploi. Et en assurant les biens loués au moyen d'un contrat adapté, vous êtes certain d'éviter la catastrophe.
Cette solution permet aux propriétaires de se prémunir contre les loyers non réglés à temps ou contre les impayés. Dès que le locataire est défaillant, l'assurance prend le relais. Mais la loi interdit de réclamer une caution au locataire si l'on opte pour ce mécanisme. Diverses formules sont à votre disposition. Il y a notamment :
• La garantie loyers impayés, communément appelée GLI
• La garantie des risques locatifs, plus connue sous le sigle GRL
• Ou encore la garantie Action logement.
En fonction du type de biens à assurer et de vos objectifs, vous opterez pour la garantie des loyers impayés qui lui correspond.

Bien choisir ses locataires

Pour bénéficier réellement de votre assurance au moment opportun, vérifiez scrupuleusement que le candidat à la location répond aux critères de la compagnie choisie. En effet, il y a des tas de documents que réclamera la société d'assurance quand vous solliciterez l'application de la couverture.

Ce sont le contrat de travail, le bulletin de paie et bien d'autres papiers pouvant certifier que le locataire est solvable.
En général, les structures d'assurance sont peu enclines aux vérifications avant la signature d'un contrat. Elles se montrent intraitables cependant quand le bailleur veut faire valoir le contrat en cas de défaillance du locataire.

Dans ce cas, c'est le propriétaire qui est perdant. Au mieux, vous pourrez recevoir une partie des loyers dus. Absolument rien dans certaines situations. Veillez donc à tout contrôler avant d'engager un locataire.

Divers moyens permettent de rentabiliser son investissement locatif. Il faut d'abord obtenir un bon crédit immobilier, comme ceux dont on peut profiter avec le spécialiste Vousfinancer. En outre, on doit souscrire une assurance contre les impayés. Tenez-en compte dans votre programme d'investissement !

Le 18/12/2015 dans Placement immobilier

Zoom sur les garanties prévues pour un prêt immobilier



Le secteur de l'immobilier français ne semble pas connaitre la crise. Les prix n'ont cessé d'augmenter ces dernières années pour atteindre des sommets, avant de fléchir quelque peu. Etre propriétaire est donc toujours une priorité pour nombre de français, et les biens immobiliers se vendent et s'achètent toujours très bien.
Il n'y a d'ailleurs pas que les français désireux d'acheter, ils sont nombreux à vouloir posséder une résidence secondaire en province. Mais pour ce faire, la plupart des foyers souscrivent un prêt immobilier. Ce type de crédit est très encadré, le préteur comme l'emprunteur ont des garanties et assurances.

Un prêt immobilier, qu'est-ce que c'est?

Un crédit immobilier n'est accordé que dans certaines conditions et à des fins bien précises. Un prêt de ce type ne peut servir qu'au financement immobilier, et c'est tout. La principale raison de souscrire un crédit immobilier est motivée par l'acquisition d'un logement.
Ce logement peut tout aussi bien être résidence principale ou secondaire. Et il faut savoir que ce logement peut être à usage mixte, en d'autres termes, le propriétaire peut y exercer son activité professionnelle.

Cependant, on peut bénéficier d'un crédit immobilier pour un usage légèrement différent, un logement est bien entendu en jeu, la réalisation d'un logement ou l'achat d'un terrain résidentiel sont aussi autorisés. Le financement de travaux dans un logement est également une possibilité, mais dans la limite de 21 500 euros.

Enfin, les cas de locations avec promesse de vente au même titre que la location-vente entrent tout à fait dans le cadre du crédit immobilier. Il est donc possible d'y recourir pour ce type de transaction.

Tout ce qui doit apparaitre dans une offre de crédit

Plusieurs possibilités sont ensuite offertes à l'emprunteur. Lors de l'élaboration du dossier, les besoins sont clairement définis afin d'établir le montant précis du prêt, sa durée, son taux et l'apport personnel.
Les prêts sont souscrits pour une somme fixe et pour une durée plus ou moins grande, atteignant parfois plusieurs décennies. Le taux du crédit immobilier est lui aussi fixe, en général, ce qui constitue une protection pour l'emprunteur, au cas où les taux augmenteraient, mais un taux révisable est parfois proposé.
Une offre de prêt ne sera pas conforme si elle ne contient pas certains éléments précis, en particulier, le nom du préteur et celui de l'emprunteur, le montant, la destination, la nature, le TEG (indiquant le coût total), et les modalités du prêt, avec un tableau d'amortissement.

De même, des garanties à la fois de l'emprunteur et du prêteur sont exigées.
L'emprunteur bénéficie donc d'une assurance invalidité, décès et incapacité de travail, et le prêteur a besoin d'hypothèques ou de privilèges lui donnant droit à une saisie du bien si les créances ne sont pas honorées. Un cautionnement peut aussi être envisageable.
Le crédit immobilier fait donc l'objet d'une réglementation stricte, et donne la chance à beaucoup de français d'acquérir un logement. De plus, si l'octroi d'un prêt permettant d'acheter un bien immobilier est refusé, alors la vente est annulée sans frais.
Dans le sens inverse, si une vente n'aboutit pas alors que le prêt est déjà souscrit, alors le prêt est annulé, et le remboursement des sommes est automatique.
Pour étudier tout dossier, il est important de demander une simulation de prêt immobilier pour avoir tous les éléments.

Le 30/10/2015 dans Placement immobilier
<body><b>Défiscalisation</b>, crédit, budget, tout pour la gestion de votre patrimoine. Index de finances-perso.com : <a href="http://www.finances-perso.com/synindex/index.html">défiscalisation</a> </body>